Acheter à l’etranger : les formalités notaire, prêt, garantie…)

Acheter à l’etranger : les formalités notaire, prêt, garantie…)

Acheter à l’étranger: mode d’emploi

Avec le niveau des prix dans les grandes métropoles et une fiscalité alourdie sur les plus-values, de plus en plus de particuliers décident d’acheter un bien immobilier à l’étranger. Qu’il s’agisse d’un projet pour préparer votre retraite ou juste pour vous offrir une résidence secondaire, avant de signer, vous devez vous poser les bonnes questions. En effet, acheter un bien immobilier à l’étranger ne se résume pas à simplement trouver la maison de vos rêves en bord de mer au Portugal ou ailleurs… Prêt bancaire, déclaration au fisc et signature chez le notaire, toutes ces démarches et formalités classiques en sont bouleversées.

 

Les formalités pour acheter à l’étranger

Tout d’abord, renseignez-vous toujours sur la législation du pays qui vous intéresse. Dans certains cas, il vous faudra passer par un notaire, dans d’autres ce ne sera pas utile… Ainsi, si en Espagne, un avocat peut rédiger l’acte de vente et un notaire vous le faire signer, en Angleterre, un avocat se charge de ces deux étapes… La meilleure solution est de prendre conseil auprès d’un notaire français avant de commencer la procédure d’achat dans le pays où se trouve votre futur logement. Il saura vous renseigner et veiller à la préservation de vos intérêts. Ainsi, même si son intervention n’est pas obligatoire ou indispensable elle est vivement recommandée.

En ce qui concerne votre demande de prêt immobilier, sachez que votre établissement bancaire vous demandera une garantie située en France. De plus, il vous faudra certainement ouvrir un compte bancaire dans le pays de votre achat. Par exemple, si vous achetez un riad marocain, la transaction se fera en dirhams et non en euros. Encore une fois, avant de vous lancer, n’hésitez pas à demander conseil auprès du chargé de clientèle de votre établissement financier. Il est tenu à un devoir de conseil!

À savoir : Dernière formalité et pas des moindres, il faudra penser à déclarer au Trésor Public français vos comptes à l’étranger ainsi que votre propriété achetée à l’étranger, surtout si vous comptez louer ce bien.